Lettre ouverte aux dirigeants et décideurs du transport aérien

Aux membres du CA de l’aéroport de Bâle-Mulhouse
Aux élus du Haut-Rhin,
Aux élus des Agglomérations de Saint-Louis et de Mulhouse

Mesdames, Messieurs,
En ces temps de crise sanitaire, qui nous met tous à rude épreuve, je me permets de vous soumettre la lettre ouverte de l’UFCNA (Union Française contre les Nuisances des Aéronef), afin de vous interpeller sur les conditions du redémarrage économique du transport aérien.

L’UFCNA (Union Française contre les Nuisances des Aéronef) vous adresse un appel pour que la sauvegarde des emplois à court terme ne se fasse pas au détriment d’une lutte efficace dans le temps contre le dérèglement climatique et pour la réduction des pollutions sonores et atmosphériques à proximité des aérodromes.

Les recommandations de l’UFCNA peuvent se traduire par des politiques volontaristes et des mesures concrètes autour de notre aéroport de Bâle-Mulhouse:
➡️ Abandonner les projets d’extension de l’aéroports induisant une croissance du trafic. Plafonner le trafic aérien, préparer la décroissance,
➡️ Donner la priorité aux voyages et au transport de fret vraiment nécessaires. Eviter les vols qui ne sont pas indispensables, mais qui impactent fortement l’environnement,
➡️ Abandonner la Nouvelle Liaison Ferroviaire, NLF, qui n’est pas prioritaire (250 million pour financer la croissance du trafic aérien),
➡️ Fermer les lignes aériennes intérieures pour lesquelles une alternative en train existe en moins de 3-4 heures. Développer les trains de nuit,
➡️ Définir un plan climat comportant une trajectoire carbone conforme à l’Accord de Paris (-50% de CO2 en 2030).pour le développmeent de toute activité aéronautique à Bâle-Mulhouse,
➡️ Instaurer un couvre-feu entre 23h – 6h à Bâle-Mulhouse, aéroport inséré dans le tissu urbain
➡️ Supprimer les trajectoires bruyantes et polluantes au décollage et à l’atterrissage.
➡️ Réorienter les aides pour le financement de la reconversion des emplois et la sécurisation des parcours professionnels des salariés de la filière aérienne.

L’association Ville & Aéroport, qui ne devrait pas vous être inconnue, a dans sa Newsletter n°72, d’avril 2020, émise quelques réflexions allant dans le même sens.
Devant l’urgence climatique et sanitaire, je suis persuadé que vous ne voulez pas hypothèquer notre avenir ni celui de nos enfants en soutenant le financement inconsidéré d’un retour à la période d’avant la pandémie.
Nous espérons vous retrouver après le déconfinement en bonne santé et pour travailler ensemble au service du bien commun.

Recevez, Medames, Messieurs, mes meilleures salutations.
Bruno Wollenschneider
Président de l’ADRA