Bilan 2023 de l’Euroairport

Voler, oui, mais pas à n’importe quel prix !

En faisant son bilan 2023 pour la presse et les consommateurs, l’Euroairport fait la promotion de son modèle low-cost. En même temps sa compagnie phare, Easyjet, est portée aux nues, sans aucune critique des méfaits du tourisme de masse sur les riverains et la planète.
L’Adra note une presse trinationale très complaisante avec le trafic aérien, loin de jouer son rôle d’informateur indépendant et équilibré. Lire le communiqué de l’Euroairport du 29.01.24.

Extensions par tranches

L’Euroairport continue de faire du greenwashing en ignorant l’impact sanitaire des nuisances sur les riverains et du trafic sur la planète. Le secteur poursuit son modèle de développement « d’avant ». En tirant sur le manche, elle se dirige droit dans le mur. Les générations futures sont sacrifiées.

Bâle-Mulhouse retrouvera bientôt son niveau pré-Covid de 2019, et il entend poursuivre son expansion. Pas de 3ème piste, mais des extensions par tranches, via l’agrandissements et l’aménagement du terminal (+14.000m2) permettant toujours plus de trafic. Cette opération est pudiquement appelée “Evolution Modulaire du Terminal” (EMT).

Malheureusement les consommateurs, conditionné par une telle déferlante marketing, apprécient l’option de pouvoir voler vers la Sicile pour 37€ seulement. Ils sont nombreux, surtout parmi les jeunes, à ne pas s’inquiéter des méfaits climatiques du secteur des vols à bas coût. Pour l’instant, l’aviation s’exclue de toute responsabilité en matière de protection du climat. Si les coûts sanitaires et climatiques étaient pris en compte dans le prix des billets, voyager pour le plaisir en dégradant la planète serait à un prix plus juste et en adéquation avec les autres moyens de transports.

La présentation positive d’Easyjet dans les médias passe sous silence que cette compagnie aérienne est en tête des amendes prononcées par l’ACNUSA pour infraction à l’interdiction de décollage après 23 heures. En outre ni Bâle ni Fribourg n’intègrent les émissions de CO2 de l’aéroport dans leur propre bilan climatique, qui est verdi artificiellement.

Nouvelle Liaison Ferroviaire, NLF
Nous apprenons sans surprise le report de la mise en service de la NLF en 2035.
Lire plus…

Le bilan de l’Euroairport dans la presse
L’Alsace, Olivier Brégeard, 19.01.24
BaZ, 29.01.24.
Badische Zeitung, Robert Bergmann, 27.01.24