La qualité de l’air que nous respirons

En résumé, l’EuroAirport produit autant de pollution au sol qu’une agglomération de 40.000 habitants avec de fortes variations suivant les composants. Elle est plus forte pour les composants organiques volatils COV et proportionnellement très importante pour le dioxyde d’azote NO2. L’EuroAirport augmente la pollution des villages environnants, elle se confond avec la pollution d’agglomérations plus importantes.

Alors qu’on s’emploie à diminuer l’exposition des riverains à la pollution des agglomérations pour des raisons sanitaires évidentes, qu’en est-il de l’EuroAirport ? Le développement de l’EuroAirport doit absolument tenir compte des effets des polluants sur l’environnement et la santé et respecter les normes suisses et les nouvelles normes européennes à venir.

Que nous réserve l’avenir ?

La part de la pollution due au trafic aérien est susceptible d’augmenter du fait de la croissance du trafic aérien et des problèmes complexes posés à la motorisation des avions.

En décembre 2016, suite à la pollution atmosphérique en France, AVEVY publie :
« Alertes à la pollution de l’air : il est urgent de restreindre aussi le trafic aérien.
La France connait régulièrement des dépassements répétés des seuils d’alerte à la pollution de l’air, notamment en raison de la concentration trop élevée de particules fines.

Alors que le transport routier et en particulier les moteurs diesels sont pointés du doigt pour leurs émissions nocives pour la santé, silence radio sur la contribution polluante du transport aérien, pourtant avérée par Airparif et toute aussi nocive. Le kérosène étant similaire au gazole, la pollution des avions est identique à celle des moteurs diesel voire même pire puisque les filtres à particules et autres pots catalytiques n’existent pas sur les réacteurs des avions.
La pollution de l’air tue. Elle est même la 3ème cause de mortalité en France derrière l’alcool et le tabac. Il est urgent que les pouvoirs publics se décident enfin à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé de tous les franciliens exposés à la pollution de l’air.

DRAPO-AVEVY demande ainsi aux pouvoirs publics d’appliquer en urgence l’article 181 de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 qui prévoit la réduction du trafic aérien en cas de pic de pollution, un article toujours pas appliqué à ce jour. »

Pour approfondir le sujet :
La pollution invisible nuit à notre santé  Sylvia-Medina, 2014

Conférence Pollution et santé donnée pendant l’AG du 3 avril 2017

Conférence de presse trinationale du 11 septembre 2018 à Hégenheim.
– Article : Quel air respirent les riverains de l’Aéroport ?
– Présentation : Evaluation de la pollution de l’Aéroport de Bâle-Mulhouse.

 

Atmo-GrandEst, Bilan Qualité de l’Air 2017

Le Haut-Rhin, tout comme le Bas-Rhin, a été marqué par des épisodes de pollution en particules PM10 longs avec des niveaux constatés sur site très élevés (supérieurs au seuil d’alerte de 80 µg/m3 en moyenne journalière). En termes de bilan, le département a connu 16 jours de procédures (3 jours d’information et 13 jours d’alerte). Pour l’ozone, les jours de procédure d’information et d’alerte correspondent à un seul épisode de pollution qui a eu lieu du 20 au 23 juin 2017. Un déclenchement de la procédure d’information en dioxyde de soufre a été réalisé dans la vallée de la Thur le 5 septembre 2017 dans le cadre d’un épisode de pollution ponctuel.

Atmo-GrandEst-Qualite-Air-Bilan-2017-V7-1

Pour l’ozone, un dépassement de la valeur cible annuelle pour la protection de la santé humaine et un dépassement de la valeur cible (moyenne sur 5 ans) pour la protection de la végétation ont été observés en périphérie des agglomérations de Colmar et de Mulhouse.

Atmo-GrandEst-Haut-Rhin-Indices-2017.pdf

PM10

En 2016, les concentrations en particules PM10 sont restées en deçà de la valeur limite journalière fixée à 50 μg/m3 à ne pas dépasser plus de 35 jours dans l’année (centile 90,4) sur l’ensemble du département en situation de fond. A noter toutefois, un niveau de fond plus important à l’Est du massif vosgien sur l’axe Colmar-Mulhouse.

Atmo-GrandEst-Qualite-Air-Bilan-2017-V7-1

Carte de gauche : Répartition du percentile 90,4 (moyenne journalière) en particules PM10 en 2016.
Carte de droite: Répartition des concentrations moyennes annuelles en dioxyde d’azote en 2016.

NO2
Concernant le dioxyde d’azote, la carte de modélisation fait ressortir le centre des agglomérations de Mulhouse et Colmar mais également les zones industrielles frontalières (Chalampé et Saint-Louis-Bâle). Pour l’ozone, près de 20 % de la population du département (144 000 hab.) est concernée par un dépassement de la valeur cible pour la protection de la santé humaine.

Sources :
La qualité de l’air en direct,
Carte des indices
Valeurs actualisées

Episodes de pollution, historique des communiqués.

ATMO Grand Est / PREVEST
Rapport Atmo-GrandEst Qualite-Air-Bilan-2017-V7-1

Bilan de la Qualité de l’Air 2020 dans le Haut-Rhin.

 

Avis sur le développement de l’aéroport :
La moitié de l’année la qualité de l’air est moyennement à très mauvaise, pendant deux semaines et plus, nous sommes au-dessus de la limite des particules fines. L’Alsace souffre en général de pollution à l’ozone. L’air pollué entraîne une augmentation des maladies, essentiellement cardiovasculaires et respiratoires.
L’aéroport, avec son développement, contribue pour une part importante à la détérioration de l’air que respirent les riverains !